Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

June 06 2011

14:10

3 (+ 3 autres) canaux pour réagir après l’émission « Zone Interdite »

Une agence Web est apparue hier soir dans Zone Interdite, vers 1h (après le début de l’émission), sous l’angle « séduction au bureau et rencontres au travail » : http://minu.me/4ndf .

Si vous voulez rebondir ou réagir, par exemple donner votre opinion sur cette entreprise, voici quelques tuyaux.

1/ Contacter Zone Interdite par courrier postal :

Métropole Télévision

Zone interdite – Service de la rédaction

89, avenue Charles de Gaulle

92575 Neuilly-sur-Seine cedex

2 & 3/ Envoyer un fax au 01.41.92.66.10 (en précisant bien qu’il est destiné à la rédaction du magazine Zone Interdite) ou téléphoner au 01.41.92.66.66 (standard de M6).

Dans tous les cas, je vous le conseille, ayez une accroche percutante, une référence explicite à l’émission d’hier soir (dimanche 5 juin 2011) et le mot-clé [nomdelagence] bien en vue pour que les journalistes voient bien à quoi vous faites référence.

4/ Poster un commentaire sous la bande-annonce de l’émission : http://www.m6bonus.fr/videos-emissions-4/videos-zone_interdite-2360/emission_du_05_06_2011/video-amour_sexe_et_pouvoir_dimanche_sur_m6-77244.html#listcomment .

5/ Contribuer au forum de l’émission : http://www.m6.fr/emission-zone_interdite/05-06-2011-amour_sexe_et_pouvoir_de_la_seduction_au_harcelement-26882049.html#commentaire (nécessite de s’inscrire sur le site ou de se connecter à Facebook).

6/ Réagir aux articles et revues de presse :

Lien permanent : http//affaireeo.wordpress.com/?page_id=2622 . Lien court : http://wp.me/pIvH6-Gi .


Filed under: divers Tagged: 05 juin, 2005, 2011-06-05, 5 juin, agence Web, échos, émission, communication, entreprise de Lille, juin 2011, Lille, lillois, lilloise, M6, médias, media, Nord, nordiste, PME, Presse, reportage, site Internet, sites Internet, société, société lilloise, Tac Presse, télé, télévision, TV, Web agency, Zone Interdite

April 05 2011

06:42

1ère PJ demandée par Cometik via Vivaldi Avocats Lille

Les dirigeants de cette multinationale utilisant des techniques de ventes percutantes, MM. Jean-Christophe VASSEUR, Vincent GUILBERT, & Rodolphe ZANNIER, ont demandé cette Publication Judiciaire. Notez que le groupe Cometik basé 67 rue d'Angleterre à Lille demandera quelques jours plus tard une NOUVELLE publication suite à la deuxième condamnation en Justice : mpr.soup.io/post/124913018 , et que je n'ai à ce jour jamais pu consulter la moindre charte éthique de leur initiative, ni page web ou document présentant leurs valeurs. Ça doit être ça leur « nouveau concept ».

La vérité, c'est aussi que M. Frédéric NOÉ, premier salarié, devenu directeur artistique & du studio lillois de création, avait accepté de rédiger une attestation en vue du premier ressort. Elle était annexée en tant que pièce numéro 24 de l'assignation du 13 août 2010. À sa manière, il a donc participé à cette procédure judiciaire.

L'avocat de cette entreprise reste le même : Eric Delfly du Cabinet Vivaldi Avocate + un membre de l'étude d'avoués de Mes Franchi & Deleforge à Douai. À une audience, c'est l'associée Kathia Beulque (du même club, la SELARL Vivaldi-Avocats Lille) qui a plaidé. 

La décision :

PAR CES MOTIFS

LA COUR

Ordonne la jonction des procédures 10/9177 et 11/1054 ;

Déboute Mathias POUJOL-ROST de son exception de litispendance et de connexité ;

Infirme l’ordonnance rendue le 9 novembre 2010 par le Président du tribunal de grande instance de Lille dans toutes ses dispositions ,

Statuant à nouveau ,

Ordonne le retrait de toute référence à la société COMETIK dans le blog « Agences web surprenantes » dont Mathias POUJOL-ROST est l’auteur , et ce dans les 48h de la signification de la présente décision, sous astreinte passé ce délai de 200 euros par jour de retard , pendant une durée de 2 mois à l’issue de laquelle une nouvelle astreinte devra être fixée ;

Condamne Mathias POUJOL-ROST à payer à la société COMETIK une provision de 2 000 euros à valoir sur la réparation du préjudice subi par cette société;

Ordonne la publication pendant une durée de 3 mois du dispositif du présent arrêt sur les deux blogs de Mathias POUJOL-ROST « Agences web douteuses » et « Agences Web surprenantes » dans les 48 h de la signification de la présente décision , sous astreinte passé ce délai de 200 euros par jour de retard , pendant une durée de 2 mois à l’issue de laquelle une nouvelle astreinte devra être fixée ;

Déboute la société COMETIK de sa demande d’injonction ;

Déboute Mathias POUJOL-ROST de sa demande d’indemnité pour frais irrépétibles exposés en première instance et en appel ;

Condamne Mathias POUJOL-ROST à payer à la société COMETIK la somme de 2 000 euros sur le fondement de l’article 700 du code de procédure civile ;

Condamne Mathias POUJOL-ROST aux dépens de première instance et d’appel.


Cette société lilloise de création de site internet et référencement Web de Vincent GUILBERT & Jean-Christophe VASSEUR est apparue récemment dans le magazine "Zone interdite" consacré au thème "Amour, sexe et pouvoir : de la séduction au harcèlement". Elle a été diffusé dimanche 5 juin 2011 à 20h45 sur la chaîne M6.

Édit : aussi visible sur Rutube.com.

Édit 2 : Cometik TV est visée par une plainte de la DIRECCTE du Nord-Pas de Calais (son Pôle C = concurrence, plus précisément). C'est-à-dire : par le Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.

Lien raccourci vers cette page : j.mp/ipppXv . Adresses alternatives : affaireeo.wordpress.com/?page_id=2387 & facebook.com/notes/agences-web-surprenantes/affaire-cometik-2-vincent-guilbert-jean-christophe-vasseur-rodolphe-zannier-arret-cour-appel-douai-du-31-mars-2011/121337144617224 . Page Facebook relative à mon blog.

March 08 2011

15:03

TF1 relaye l’affaire Odevia-Publiciweb-Locam

TF1 a diffusé lundi un reportage sur cette « grosse » affaire qui secoue la région, à tel point que plus de 300 clients se sont regroupés en associations.

Les contrat des sociétés odevia et publiciweb

Les contrats des sociétés Odevia et Publiciweb

Nous faisons la connaissance de Jacques Dessens et Dominique Vieren, respectivement secrétaire et trésorier de l’association Assodevia.

Quelques précisions :

  • Les gérants n’ont pas disparu, la société Odevia a été liquidé par la Justice, et le gérant des sociétés Odevia et Publiciweb est le même : Cedric Rodriguez.  Il est sous contrôle judiciaire donc ne peut pas « disparaître » . L’interlocuteur pour la société Odevia est désormais son liquidateur : Maître Gilles Saint Antonin –  10 B Rue Boieldieu - 34500 BEZIERS.
  • La société Locam est une filiale du Crédit Agricole Loire & Haute-Loire (depuis 1991).
  • De très nombreuses sociétés opèrent sur le même principe, rien qu’une trentaine pour les agences Web.

Regarder le reportage sur TF1.fr. ( « Hérault : vaste arnaque au site web gratuit » , dans le journal de 13h du lundi 7 mars 2011.)

Vous pouvez contacter l’association Assodevia (basée à Bézier) via le courriel suivant : assodevia(arobace)sfr(point)fr .

Il existe une autre association de clients, Association des victimes d’Odévia et de Publiciweb, qui elle est basée sur Perpignan. Son numéro de téléphone est le suivant : 04 68 35 98 80.

Merci à Showmidnight pour la notification. Mon appel à dons reste ouvert et d’actualité.

January 23 2011

21:49

Star Web Multimédia vendue au fond d’investissement Ardens

La société Access From Everywhere, plus connue sous sa marque commerciale « Star Web Multimédia », a été cédée au fond parisen Ardens.

Plus précisément, c’est tout le groupe Breizent qui a été vendu. Il est principalement connu pour sa filiale de création de site Web, A.F.E, précédemment appelée Kemenn.

Capture du site Web du Journal des Entreprises

Sources : un commentaire sur le site Web de l’ADCAPI et un article du Journal des Entreprises, édition des Côtes-d’Armor (département 22), décembre 2010.

Liens permanents vers cet article : http://affaireeo.wordpress.com/?page_id=2044 & http://wp.me/pIvH6-wY .


Filed under: divers Tagged: A.F.E, Access From Everywhere, ADCAPI, Ardens, Breizent, cession, Gilles Auvinet, groupe, Journal des Entreprises, Kemenn, Paris, Star Web, Star Web Multimédia, vente

November 19 2010

17:50

[temporaire] Exploitez la faculté de résiliation unilatérale

Un billet rapide pour vous informer d’une probable opportunité de faire cesser ces arnaques à la méthode « one shot«  (quelque soit le produit fourgué).

Il s’agit d’utiliser la faculté de résiliation unilatérale, qui fait partie du Droit des contrats, c’est-à-dire la résiliation du contrat sans l’aval du co-contractant. Elle existe via un arrêt de la Cour de Cassation.

Contrairement à ce qui est parfois argué par le prestataire ou le financeur, les deux contrats (prestation et financement), sont dissociables et distincts (donc non liés et divisibles).

Pour bénéficier de cette faculté :

  • faites constater les manquements (« en fait ») sur votre site Web (photo manquante, coordonnées érronées, fautes d’orthographe, mauvais fonctionnement, disparition…),
  • contester les clauses abusives (« en Droit ») au sein du contrat.

Attention :

  • cette procédure est risquée juridiquement, adressez-vous à un avocat pour la réaliser,
  • elle doit être adressée au financeur, pas au prestataire (au moins dans le cas d’une société liquidée telle Ekinoxe Origin.

Avertissement : ce billet a été rédigé d’après une conversation téléphonique. Je ne présente ici que le résumé de ce que j’ai compris, et ne garantie donc pas leur faisabilité. Un billet plus élaboré et certain suivra dans quelques jours, après relecture.

Lien court vers cet article : http://wp.me/pIvH6-vk  .


Filed under: divers
Tags: divers

October 19 2010

17:17

Dénoncez votre mauvaise affaire à votre député

L’ADCAPI conseille au clients floués de signaler leur mésaventure à leur député.

Dans son dernier article, axé sur la méthode « one shot » , vous trouverez de nombreux conseils pour signaler efficacement le piège dans lequel vous êtes tombé, à votre député.

Lire l’article « Contactez votre député » Par l’ADCAPI.


Filed under: divers, stratégie de communication, témoignage de client Tagged: action, ADCAPI, arnaque, Assemblé Nationale, dénoncer, dénonciation, parlement, politique, représentation

June 16 2010

05:37

Réservez-vous même votre nom de domaine pour faire annuler le contrat

Voici une astuce pour faire annuler le contrat, elle m’a été donné par un ex-futur client de .

Il faut être dans la situation suivante :

  • vous venez de signez et vous le regrettez,
  • le commercial vient de partir et le contrat n’a pas encore été revendu à la société de crédt-bail,
  • votre contrat précise déjà en ces lignes le nom de domaine du futur site.

Il s’agit ici d’enregistrer vous-même le nom de domaine de votre site, à la place de l’agence Web, et ensuite de prétexter que le nom n’est pas disponible (ce qui est vrai). Donc, le contrat n’est pas viable et doit être annulé.

Attention : la personne qui réserve un nom de domaine est enregistrée dans une base de données dont certaines informations sont publiques. Exemple pour labeletic.fr. Il est donc possible de savoir qui a réservé le nom de domaine.

Afin d’éviter toute complication pour l’annulation du contrat, je vous suggère de faire réserver ce nom de  domaine par une personne tierce au contrat (et  qui n’est pas employé dans l’entreprise) et de confiance (= qui vous cédera le domaine une fois le contrat annulé) :

  • conjoint qui n’est pas employé dans l’entreprise,
  • ami,
  • enfant…

Le choix de cette personne est important, car un nom de domaine représente votre entreprise, comme une adresse de prestige sur une grande avenue. Mettez-vous bien d’accord avec la personne tierce pour qu’elle s’engage fermement à vous re-céder le nom de domaine une fois votre contrat annulé, et à prix coûtant.

Voici quelques entreprises sur les sites desquelles vous pouvez réserver un nom de domaine :


Classé dans :divers

April 22 2010

05:59

Exigez toutes vos pièces !

Voici une information importante pour l’annulation du contrat : le client (bénéficiaire du site) doit disposer de toutes les pièces de son dossier. Lors de la signature, le client signerait une offre de prêt auprès de la société de crédit-bail, même s’il n’en est pas conscient. Cela peut paraître surprenant, mais il semble que les clients ne possèdent pas le procès-verbal de réception (aussi appelé « certificat de conformité ») prouvant qu’ils ont bien reçu le produit pour lequel ils payent. C’est ce document, émanant de l’agence Web, qui permet à la société de leasing de commencer à prélever le compte du client.

Il semblerait donc que ce certificat serait signé par le client à son insu, grâce à la ruse des commerciaux, et que ce document serait aux mains de la société de crédit-bail.

Dans tous les cas, le client doit disposer de tous les éléments de son dossier, et donc demander toutes les pièces de son dossier à la société de leasing. [ Les doubles (duplicata) ou au moins une copie. ] L’agence Web a déjà revendu le contrat, et n’est donc plus l’interlocuteur du bénéficiaire du site Web. Attention, certains sociétés de crédit-bail peuvent opposer une résistance en surfacturant l’envoi ou la copie de ces documents, jusqu’à 24 euros par document ou par feuille pour l’une d’elle.

Si la société de crédit-bail refuse de fournir ces documents, le client doit aller porter plainte auprès de la CNIL. Je ne me souviens pas précisément du motif, mais cela doit être « collecte abusive d’informations » ou quelque chose comme cela.

Il faut aussi savoir qu’avant de prospecter l’artisan ou le commerçant, l’agence Web a demandé par téléphone des informations lui permettant de vérifier certaines données de l’entreprise visée, notamment sa solvabilité. (Cela me paraît étonnant vu l’éthique douteuse dont font preuve ces agences, mais cela serait une exigence de la société de leasing.) Lors de l’entretien de vente, le commercial a fini d’obtenir certaines informations pour le dossier du client, dont le contrat de location évolutive.

Source : une amie de client de la société Kalitys.


Classé dans :divers Tagged: abus, annulaiton du contrat, annulation, annulation des contrats, CNIL, collecte d'informations, crédit-bail, dossier, honte, leasing, LOA, Locam, location avc option d'achat, location avec option d'achat, location évolutive, obligation, offre de prêt, Parfip, pièce, pièces, plainte, porter plainte, procès-verbal, PV, résiliation, résiliation du contrat, scandale, Wanlease

March 16 2010

15:21

Méthode pour faire résilier un contrat ‘one-shot’ de site Web

URL courte de cet article : http://wp.me/pIvH6-cc (pour le partager facilement sur Facebook et autres réseaux ou média sociaux).

Avec tous les clients de ces agences que j’ai rencontrés (sur le Web bien sûr), j’ai pu établir la méthode suivante pour pousser ces entreprises à la résiliation du contrat.

Note préliminaire : en Droit français, une annulation n’est pas possible si l’exécution dudit contrat a débuté. Seule une résiliation est possible. (Sauf si les deux parties sont d’accord pour annuler le contrat.)

Ce n’est pas une méthode sûre à 100 %, ni absolue. Elle est générale, et doit donc être utilisé avec attention et prudence. Autant vous le dire aussi de suite : vous devrez consulter un avocat pour vous défaire de vos contrats (mais il est possible d’obtenir des compensations) et vous exposer en ligne (mais je vous aide à mieux appréhender vos identité numérique et cyber-réputation).

Conseil : imprimer cette page (CTRL + P) pour la lire hors-écran et pouvoir la consulter facilement à tout moment.

Sommaire

  1. Tout enregistrer
  2. Activer son assistance juridique
  3. Demander immédiatement l’annulation des contrats
  4. Guetter le moindre faux pas
  5. Engager un avocat pour bloquer ou non les prélèvements
  6. Suggérer la médiatisation de l’affaire pour obtenir une résiliation amiable
  7. Rejoindre d’autres clients et faire du bruit
  8. Informer les organismes professionnels et média spécialisés
  9. Répondre favorablement à une nouvelle prospection
  10. Autres informations

1 : Tout enregistrer

De manière générale, enregistrer tous les échanges et conversations. Par courrier, n’envoyer que des Lettre Recommandée avec Accusé de Réception (LRAR). Par téléphone, l’annoncer au préalable à l’interlocuteur, et obtenir son accord pour la poursuite de l’enregistrement, ou raccrocher. (Sinon l’enregistrement est nul et inexploitable juridiquement.)

2 : Activer son assistance juridique

Activer l’assistance juridique de son assurance professionnelle. Ne pas hésiter à leur faire suivre vos échanges avec l’agence Web et/ou la société de financement. Je ne connais malheureusement aucun avocat à vous recommander, sauf Me Dubrulle en Vendée.

3 : Demander immédiatement l’annulation des contrats

Demander le jour-même l’annulation du contrat. La Loi donne un délai de rétractation de 7 jours à compter de la signature, par LRAR, sans distinguer si on agit en professionnel ou en consommateur. (France, articles L. 121-21 et L. 121-25 du Code de la consommation.)
Dans ce courrier, dénoncer les conditions de la signature, l’absence de délais de réflexion, la non réception du nom de domaine définitif avant la mise en ligne du site, tout ceci permettant d’argumenter sur le refus de collaborer sur des bases tronquées.
Signaler aussi cette demande au leaser (Parfip, Locam…), à son assureur professionnel, à l’ADCAPI, et à sa banque. (Leur envoyer une copie de la LRAR.)

4 : Guetter le moindre faux pas

Guetter la moindre faute, dysfonctionnement ou oubli, et faire constater par huissier. Exemple : module payé mais absent sur le site, bogue, référencement non conforme à ce qui est marqué sur le contrat…

5 : Engager un avocat pour bloquer ou non les prélèvements

Courir chez un avocat, ou chez un service d’aide juridique bénévole.

  1. Lui demander conseil pour bloquer ou non les prélèvements bancaires. (Question cruciale pour l’annulation ou la résiliation des contrats.) Un blocage fait risquer des poursuites par la société de financement (loyers non payés), alors qu’un non-blocage pourrait être interprété par un juge comme un signe d’accord sur le contrat.
    Si on décide de bloquer les prélèvements, voir aussi à soit porter plainte, soit mettre cet argent sous séquestre. Y compris porter plainte contre l’entreprise de crédit-bail, car elle est complice de l’agence Web. Et tant qu’à faire, déposer plainte directement auprès du Procureur de la République (France).
  2. En plus de dédommagements, on peut demander des publications judiciaires, sur des sites spécialisés (tels Legalis.net), et dans la Presse (locale/spécialisée/…).
  3. Lui faire disséquer les contrats à la recherche du moindre vice ou erreur. Exemples : contrat sans mention des numéros obligatoires, contrat en taille de caractère 6 points, absence de date…
  4. Si les prélèvements ont commencé : vérifier que vous détenez bien les 4 éléments suivants :
    • procès-verbal de conformité/de réception (qui prouve que vous avez reçu le bien pour lequel vous payez),
    • cahier des charges,
    • clause d’agrémentation/ d’alimentation/ de mise en route du site,
    • clause de cession.

    Sinon, exigez-le à la société de financement, elle doit vous remettre notamment ce procès-verbal de réception avant de vous prélever !

6 : Suggérer la médiatisation de l’affaire pour obtenir une résiliation amiable

Recontacter le commercial et « menacer » de témoigner sur le Web, en citant explicitement les noms des personnes/entreprises. S’il y a une chose que ces agences n’aiment pas, c’est la publicité. Cela permet d’inverser partiellement le rapport de force et pousse l’agence à un RDV de résiliation. Si possible, se faire assister d’un avocat.

  1. En cas de RDV de résiliation, ne rien lâcher, être ferme, ne céder/prêter/échanger aucun document, sous aucun prétexte. Refuser les concessions. L’annulation ne doit rien coûter au final. Et même, demander une compensation. Par exemple, laisser entendre que l’on ira pas voir les média en échange de l’équivalent de 20 mensualités. Attention : ne pas tomber dans le chantage, qui est sévèrement puni, même en cas d’échec.
  2. Pour s’exprimer sur le Web, choisir une plate-forme étrangère, par exemple wordpress.com (comme ce blog), blogger.com (par Google), Google Sites, ou blogsite.org. Car sinon, la Loi de votre pays peut obliger l’hébergeur à bloquer, fermer ou retirer des contenus. Important : s’exprimer sous son vrai nom, sinon le témoignage n’est pas crédible ni fiable. (N’importe qui peut se cacher sous un pseudonyme et critiquer une société.) Ne pas calomnier, diffamer, injurier, dénigrer ; être factuel en s’exprimant sans émotion. Être responsable et assumer ses publications.
  3. Tant qu’à s’exprimer en ligne, aussi impliquer la société de financement. Ces entreprises (Parfip, Locam, KBC Lease, Wanlease) représentent un talon d’Achille pour ces agences Web, car si elles refusent de travailler avec l’agence Web, alors celle-ci ne peut plus vendre ses sites Web ! Donc si la société de financement estime sa réputation entachée par celle de l’agence Web, il est possible qu’elle cesse son partenariat avec cette dernière, ce qui va donc lui nuire.
  4. Une fois votre témoignage en ligne, l’agence reviendra vers vous et vous « suppliera » de supprimer le témoignage gênant. A vous de voir si vous le laisser en ligne malgré la résiliation, ou non ! Soyez aussi très attentif aux conditions de résiliation, elle risquent d’inclure une phrase du type « retrait du témoignage sur le site xxx.com en échange de l’annulation totale des contrat, du remboursement intégral et immédiat de tous les frais occasionnés, et d’une indemnité forfaitaire équivalente à 15 mensualités ». Là encore, prenez bien le temps de lire à tête reposée ce que l’on vous propose !

7 : Rejoindre d’autres clients et faire du bruit

Rejoindre une association (ADCAPI…), informer les entrepreneurs amis, confrères. Communiquer avec d’autres clients de la même agences, par exemple via le groupe Facebook. Rejoindre d’autres clients de votre zone géographique. A partir d’un certains nombre, il peut être motivant pour eux tous de faire une manifestation : se rendre physiquement dans l’agence Web pour négocier une résiliation à l’amiable, et sans frais. Voire même accompagné : ami, représentant d’organisme professionnel, syndicat, journaliste avocat…

8 : Informer les organismes professionnels et média spécialisés

Prévenir les organismes professionnels (Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers, DGCCRF, syndicats…) et média de son secteur d’activité/région., voire même les ministères concernés.

9 : Répondre favorablement à une nouvelle prospection

En cas de reprospection, dire « oui » à un RDV et… aviser. [ Piéger le commercial en le filmant, amener des témoins (amis, membre d'associations...) au RDV. ] Variante : donner une fausse adresse à laquelle vous ne vous rendez évidemment pas, histoire d’occuper inutilement le commercial, et si possible loin, afin d’augmenter sa fatigue. Autres idées pour nuire à une telle agence.

Autres informations

En cas de témoignage en ligne, ne pas calomnier, diffamer, dénigrer, injurier. Être strictement factuel, s’exprimer sans émotion. Bannir aussi les termes « arnaque », « escrocs », et leurs dérivés, car ils sont potentiellement diffamatoires. Pour exprimer des choses plus « dures », les faire passer comme des opinions, des sentiments. Il est légal de dire « je trouve mon site merdique », alors qu’il ne l’est pas de dire « mon site est merdique », car cela fait passer l’état « merdique » comme un fait (sous-entendu avéré) et est donc diffamatoire.

Quelques guides pratiques que je vous recommande fortement de lire avant de rédiger votre témoignage :

  1. Guide « Je blogue tranquille », par le Forum des droits sur internet (PDF de 15 pages).
  2. Guide « Être informé pour mieux bloguer – Droits et Devoirs du blogueur », par Reporters Sans frontières (PDF de 11 pages).
  3. Guide « Cultivez votre identité numérique » (à lire en ligne) pour vous aider à mieux gérer votre identité numérique (car vous exposez vos identités professionnelle et personnelle sur le Web).
  4. Guide pour la gestion de la réputation en ligne pour vous aider à gérer la cyber-réputation de votre entreprise (donc aussi la votre).

En cas de RDV filmé (à l’insu du commercial, bien sûr), évoquer ou rappeler la possible cession de l’enregistrement à une chaîne de TV ou TV Web. (Cela fait un autre moyen de pression et accroit la perte de contrôle de l’agence sur le contrat.) Rappel : sa diffusion est illégale (enregistrement à l’insu, conversation privée, Droit à l’image…).


Classé dans :divers Tagged: annulation, annuler, avocat, blogage, casser, contrat, contrats, Droit, honte, KBC LEase, leaser, leasing, Locam, Loi, médiatisation, méthode, media, Parfip, plainte, procédure, publication, publicité, résiliation, résilier, sortie, technique, vice, Wanlease
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl