Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

July 12 2011

09:05

En cas de reprise, aucune obligation de nouvelle signature !

La question m’a été posé plusieurs fois, je tiens à vous rassurer, et à être clair.

Si votre prestataire « one shot » a été liquidé puis repris par une autre entreprise, par exemple Imnalys récemment, vous n’avez aucune obligation, d’aucune sorte, de signer la moindre chose avec le repreneur. Ni même quelconque contrainte de prendre contact avec lui, d’accepter une proposition ou le moindre intérêt à signer à nouveau (mais avec cette nouvelle société). Pourquoi faire confiance à ce type d’entreprise ?

Certaines entreprises douteuses utiliseraient cette argument (être le repreneur) comme moyen de pression pour faire signer le client et ainsi le faire entrer dans leur giron, opération qui pourrait cacher une augmentation des mensualités ou un prolongement du contrat (par exemples). Non, ne vous laissez pas manipuler ! Ne signez rien sans avoir étudié le contrat à tête reposée pendant 48h minimum, et consulté un avocat, votre comptable, votre associé-e, votre conjoint-e ou autre conseil !

Plusieurs raisons à tout cela :

  • votre prestataire technique a disparu (liquidation = extinction d’une entité juridique),
  • votre contrat avec ce dernier a été revendu à une tierce partie, la société de financement par crédit-bail, qui est devenu votre unique interlocuteur,
  • toutes ces sociétés ( les agences « one shot » ) sont distinctes, donc sans lien commercial, hiérarchique (filliale), administratif ou contractuel (partenaire) entre elles.

Dites vous bien que vous ne devez rien au repreneur. C’est lui et lui seul qui a choisi de reprendre ou racheter une société en faillite.  Ce n’est pas à vous de payer les coûts de sa reprise (tel que éponger les dettes de la société liquidée).

Lien permanent : http://affaireeo.wordpress.com/?page_id=2733 & http://wp.me/pIvH6-I5 .

February 01 2011

08:16

January 04 2011

17:26

Roubaix : Ekinoxe met la clé sous la porte - Actualités Informatique - Distributique

Liquidation judiciaire d'Ekinox Origin. Bon débarras.

Edit du 29/12/2011 : les patrons continuent de faire de la vente à cycle court, via de nouvelle sociétés :

  • Kréatic TV en Belgique et en France par Thomas Delære, Séverine Huyghe, Jérémy Dupet et Hélène Coppe ;
  • Darwin Distribution puis Kimura (ki-mura.com) en France par Damien Poulain, Stéphane Dejonghe et Elody Knox ;
  • Guilbert Consulting SPRL en Belgique par Laurent Guilbert (+ Caroline Hemelsdael).

November 21 2010

16:45

Ekinoxe Origin liquidée par le Tribunal de Commerce

L’agence Web Ekinoxe Origin a été liquidée le 2 novembre par le Tribunal de Commerce de Roubaix-Tourcoing.

Elle a donc été éteinte, le seul contact avec elle est désormais le liquidateur : Maître Jérome THEETTEN – 59700 MARCQ-EN-BAROEUL. Un liquidateur a pour fonction de liquider des entreprises. Son travail passe notamment par la collecte du maximum de fonds afin de combler les pertes de la société.

La durée très courte du redressement (moins d’un mois) montre que l’entreprise était en très mauvaise posture. Normalement, une entreprise peut être en situation de redressement pendant plusieurs mois.

Selon le journal local Nord-Eclair, les employés jugent fausses les raisons de la liquidation, sans plus d’explications. Sur le forum du journal, ils lui ont demandé de pouvoir donner leur avis sur cette événement qui les met au chômage deux mois avant Noël.

Les dirigeants (Laurent Guilbert, Thomas Delaere et Stéphane Dejonghe) perdent donc leur investissement dans l’affaire, mais sont libérés de tout risque de poursuites judiciaires en qualité d’associé. Je me demande quel sera leur prochaine entreprise (projet ou société commerciale), je pense que je en suis pas le seul à les attendre au tournant.

De mon côté, cela me libère de mon assignation en référé et de la proposition de transation qui a suivi, mais me ferme toute possibilité de dommages-intérêts (pour « tentative d’intimidation » ou « procédure abusive », par exemples).

Les clients sont certainement les plus mal lotis. Ekinoxe Origin s’est exprimé publiquement sur cette liquidation. Elle assure qu’elle va essayer d’assurer la continuité des prestations souscrites. Avec mon avocat et de véritables professionnels du Web, j’étudie comment les clients pourraient récupérer leur site et leur nom de domaine. En attendant, ils peuvent regarder du côté de la faculté unilatérale de résiliation pour rompre le contrat de financement, en s’entourant obligatoirement d’un avocat pour une telle procédure.

Rappel : je n’accepte plus les témoignages en raison des poursuites-bâillons que je subis.


Filed under: politique commerciale, Presse, procedure judiciaire Tagged: Ekinoxe Origin, Laurent Guilbert, liquidation, redressement, Roubaix, Stéphane Dejonghe, Thomas Delaere
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl